Revue de presse

Publié le

A lire dans le Elle de cette semaine une excellente interview de Simone Veil
J'admire beaucoup cette femme, même si je ne partage pas toutes ses idées. J'aime chez elle ce côté militante toujours en éveil.
C'est quelque chose qui nous échappe un peu, à nous les filles nées à la fin des années 60, et qui n'avons eu à nous battre pour rien, tout nous a été apporté sur un plateau. 
Nous avons eu la possibilité d'accéder facilement aux études, de choisir ou non de travailler, et si oui de de choisir des carrières longtemps réservés aux hommes (même si hélas, les rémunérations ont toujours un sexe). Nos relations avec les hommes ont été toujours plus simples, nous étions sur les mêmes bancs d'école dés l'école maternelle, ça aide. Nous avons eu accés à la contraception assez facilement et à l'IVG. 
Et Simone Veil symbolise avant tout ce combat pour que les femmes soient enfin libres de décider par elles-même si elles souhaitent ou non devenir mère. Elle a permis aux filles de ma génération d'oser demander une IVG, même en sachant qu'à chaque fois, c'est une douleur profonde et durable. Je suppose qu'on n'avorte pas comme on va se faire enlever une dent de sagesse. J'en ai parlé il n'y a pas longtemps, avec une amie, militante de longue date, qui me racontait les souffrances endurées par les femmes qui se rendaient chez les faiseuses d'ange, mais aussi les avortements clandestins effectués par un médecin qu'elle aidait à mettre en place pour éviter les déplacements à l'étrangers ou pire, les décés par hémorragie dans une arrière-cuisine.

Simone Veil va publier une autobiographie, Une Vie.  A lire aussi, au cours de l'entretien, ses paroles sur les relations mère-enfant, trés émouvantes.

unevie-veil.jpg

C'est d'ailleurs le seul article intéressant de ce numéro , à part peut-être leur coup de coeur pour le livre de Dominique Barbéris, que je partage tout à fait et dont je vous ai parlé plus bas, vous voyez, je ne raconte pas que des corneries :-)

Publié dans Pêle Mêle

Commenter cet article

bleuchoc 31/10/2007 09:59

Une grande femme, je suis heureuse qu'elle ait croisé notre chemin à toutes. Sans être féministe à tout crin, je crois que nous n'aurions pas avancé aussi vite et aussi bien sans elle. Il faut malgré tout que nos filles sachent que tout n'est pas acquis et qu'elle se posent, dans leur future vie de femme), les mêmes questions que nous, même si elles ont déjà certaines réponses d'office.

Zenana 30/10/2007 21:17

Elle force l'admiration, même si nous ne partageons pas toutes ses opinions. Et pour moi, ancienne militante du defunt MLF (et oui .. j'suis née avant les années 60 !) je ne peux que la remercier de tout son combat en faveur des femmes (entre autres)

Martine Rose 30/10/2007 20:57

elle s'est toujours attachee a la cause des femmes. elle a aussi connue la déportation avec sa mère, il y a des années, elle en a parlé dans un interview qui m'avait serré la gorge. il parait aussi qu'elle a un sacré caractère et n'est pas très facile. j'aime beaucoup la photo qui fait la couverture de son livre. elle m'a étonnée hier sur tf1 : à la fin de l'interview (et du journal), elle s'est levée pour aller saluer Harry Rozelman, c'est rarissime, en général, "ils" attendent que le journaliste vienne à eux et croiraient déchoir d'avoir à se déplacer ! j'ai beaucoup d'admiration pour elle, même si son atittude aux dernières élections et son reniement m'ont un peu fait tiquer.

naftalyne 30/10/2007 20:27

je partage tout à fait ton hommage à Simone Veil et j'ai apprécié l'article en question dans Elle. Idem pour le billet sur le livre de Barbéris que je guette à ma bibliothèque. Je rajouterai qd même les pages sur Thierry Marx pour lequel j'ai une énoooorme admiration ! ;o)

Emma/M-A 30/10/2007 18:40

Pénélope, je dois être un peu plus vieille que toi, puisque née en 1967. Je crois qu'il est quand même plus facile maintenant d'aller chez un médecin se faire prescrire une contraception, avec un large éventail de choix, qu'auparavant. Et entrer dans une pharmacie, ou même une grande surface, pour acheter des préservatifs paraît naturel aux jeunes. Il y a une vingtaine d'année, quand j'étais jeune ( je parle comme une vieille conne là :-) ), c'était un peu moins courant, mais il était tout à fait possible de se faire prescrire la pilule sans avoir à se justifier.